Échanger et débattre

Soucieux d'ouverture et de partage, Ingénieurs sans frontières souhaite s'inscrire au coeur des débats sur la Solidarité Internationale et l'Education au Développement afin de diffuser et faire vivre ses valeurs au contact du regard d'autrui. Cet enrichissement s'exprime par un contact rapproché d'autres secteurs de la société française (réseaux d'associations, secteur privé, syndical, monde de la recherche...) mais aussi d'autres sociétés dont la voix et les solutions n'ont pas la même visibilité médiatique (sociétés civiles du Sud : ingénieurs, associations et populations défavorisées). Ces temps de réflexions ont pour objectifs principaux de : 

  • Dénoncer et questionner les dérives du modèle dominant.
  • Rendre visible les facteurs générateurs d'inégalités entre les populations du Nord et du Sud.
  • Faire émerger les voix des acteurs du Sud.
  • Valoriser les solutions et les alternatives en marche pour la construction d'une société humaine et durable.
Une carte vitale alimentaire

Pour une sécurité sociale alimentaire

13/03/2019
​ En France, la sécurité sociale offre aux citoyen·ne·s l’accès à des soins médicaux, quels que soient leurs revenus. Pourquoi ? Parce que la santé est un bien commun et l’accès aux soins, un droit. ​ Si l'alimentation, notre première médecine, représente une part majeure des questions de santé, un bien commun et même un droit, une part encore trop importante de la population n’est pas en mesure de l’exercer. L’accès digne à une alimentation choisie, tout comme l’accès aux soins, ne devrait-il pas faire l’objet d’une politique sociale ? ​ Créer une sécurité sociale de l'alimentation (SSA), est-ce possible ? A quelles conditions ? Commet une sécurité sociale alimentaire pourrait-elle offrir à toutes et tous l'accès à une alimentation choisie, de qualité, respectant l’environnement et les travailleurs·euses ? Comment cet outil pourrait-il garantir le droit à l'alimentation et, dans le même temps, être la base d'une souveraineté alimentaire des peuples ? ​ Afin d’alimenter le débat sur ces questions, ce document présente le projet de sécurité sociale alimentaire porté par AGRISTA, le groupe « Agriculture et Souveraineté alimentaire » d'Ingénieurs Sans Frontières. Il s'appuie sur des politiques déjà existantes en France et fait le parallèle entre la politique d'accès aux soins et une possible politique d'accès à l'alimentation.
Illustration_Article

Pour une université ouverte à tous·tes

25/02/2019
"Bienvenue en France", c'est le nom donné à la nouvelle stratégie de l'Enseignement Supérieur Français pour les étudiant·es étranger·ères. Le projet de loi vise officiellement à attirer plus d'étudiant·es étranger·ères (de 300 000 actuellement à 500 000 en 2027) en annonçant de meilleures conditions d’accueil. Néanmoins, des syndicats, organisations étudiantes, conseils d'administrations d'universités et de grandes écoles, et de nombreux·ses citoyen·nes alarment sur les dangers de cette loi pour les étudiant·es extra-communautaires mais aussi pour l'enseignement supérieur et la recherche française en général. En effet, l'amélioration des conditions d’accueil se fera au prix de l'instauration de frais différenciés (plus élevés) pour les étranger·ères.

Film Documentaire : De l’Extraction des MEtaux à la Transition EneRgétique

10/01/2019
Le projet DEMETER (De l’Extraction des MEtaux à la Transition EneRgétique) bat son plein depuis septembre. Ce projet de plus de 7 mois, réalisé par Adrien Toledano et Nicolas Brun d'Ingénieurs sans frontières Grenoble, a pour objectif la réalisation d’un documentaire vidéo. Il est notamment soutenu par le Fonds d'Appui aux Initiatives de Collaborations Solidaires. Aujourd’hui, le projet lance un crowdfunding pour financer les prochaines étapes ! Nous vous proposons donc de découvrir l’avancement de cette initiative.

Adoption de la Déclaration des droits des Paysan·ne·s à l’ONU

26/12/2018
Après 17 ans de débat, l’Assemblée Générale des Nations Unies a finalement adopté la Déclaration des droits des Paysan·ne·s le 17 décembre 2018. Le travail de plaidoyer mené auprès du gouvernement français, mené entre autre par le Comité Français de Solidarité Internationale (CFSI) dont Ingénieurs sans frontières est membre a permis de faire basculer la position de la France d’une opposition à une abstention. Cette abstention est une demie victoire car tout en n’obstruant pas la possibilité d’adopter la déclaration, elle révèle combien le lobby des semenciers, fortement opposé au texte, a une emprise sur les décisions de notre soi-disante « patrie des droits de l’Homme », des hommes solvables en tout cas …